Que vous l’ayez expérimenté vous-même ou que vous l’ayez ignoré, la plupart des gens qui ont terminé un marathon au cours de leur vie connaîtront bien les effets de «courir dans le mur». Pour beaucoup (y compris moi-même, malheureusement), c’est le premier qui est expérimenté plutôt que le second. Courir dans le mur dans les dernières étapes d’un marathon peut avoir un effet catastrophique sur votre temps de finition, ce qui peut prendre un certain temps pour récupérer, physiquement et mentalement. Dans cet article, j’explorerai les interactions entre la physiologie et la psychologie au cours de cette période cruciale du marathon dans le but de mieux comprendre comment cette expérience douloureuse peut être évitée!

Fatigue centrale

Le marathon a toujours été une distance qui a fasciné les physiologistes et a longtemps été considéré comme le principal exemple d’exercice extrême. La détérioration du style de course vers la fin du marathon indique clairement que les fibres musculaires ne sont pas recrutées de manière optimale. Il est classique de constater que la vitesse de course diminue nettement lorsque le niveau de glycogène musculaire diminue jusqu’à un niveau critique, ce qui nécessite une modification de la stratégie d’activation en conséquence.

Alors que les mécanismes et les raisons du développement de la fatigue périphérique ont déjà été largement explorés, le rôle joué par la fatigue centrale dans la réduction des performances est souvent négligé. Le concept de fatigue centrale est intriguant; avec une augmentation des niveaux de sérotonine dans le cerveau réduisant efficacement la capacité du corps en tant que méthode de conservation de soi. En conséquence, le système nerveux central est altéré et entraîne une réduction volontaire du recrutement de fibres musculaires.

Ross et al. (2007) ont été l’une des études ayant pour but d’expliquer comment une course de longue distance affecte le système nerveux central (SNC). L’étude a révélé une nette réduction de l’activation musculaire volontaire dans les 20 minutes suivant le marathon, qui a disparu après 4 heures, ce qui démontre une modification du débit cortical (Rasmussen et al., 2007).

La théorie du gouverneur central

Il existe des preuves suggérant qu’un mécanisme de «gouverneur central» dans le SNC puisse protéger le corps contre les dommages. Le professeur Timothy Noakes de l’Université du Cap est bien connu pour ses travaux sur cette théorie, car il est convaincu que la fatigue peut être vaincue et ressemble davantage à une sensation qu’à un événement physique.

Alors que cette théorie était considérée jusqu’à présent comme controversée (en particulier par ceux qui ont ressenti une fatigue éprouvée!), La littérature la soutenant continue de croître. Une étude de Jeukendrup & Chambers (2010) a testé un élément de cette théorie en utilisant un rince-bouche à base de glucides plutôt qu’une boisson à base de glucides conventionnelle lors d’exercices de forte intensité (> 75% de VO2 max) et de durée relativement courte (-1 h). L’étude a révélé que les performances étaient meilleures lors de l’utilisation d’un bain de bouche contenant des glucides. Les chercheurs ont conclu que les glucides étaient détectés dans la cavité buccale par des récepteurs non identifiés, ce qui peut être lié à des améliorations des performances physiques.

Il est à noter que les sujets n’auraient consommé aucun des glucides, excluant la possibilité que ces améliorations soient dues au métabolisme des glucides. L’étude a renforcé la théorie proposée par Noakes selon laquelle le cerveau limite efficacement nos performances. La question est de savoir si nous sommes capables de persuader nos cerveaux «protecteurs» de nous permettre de nous pousser plus loin. La réponse semble être oui, mais seulement tant que vous êtes prêt psychologiquement à surmonter la douleu

Alors, le mur vient-il d’être renversé?

La réponse à cette question serait clairement NON, bien qu’il soit possible de «grimper dessus» dans une certaine mesure. Le cerveau a mis en place ces mécanismes de protection pour une raison quelconque et s’il a peut-être été prouvé que nous pouvions dépasser légèrement les limites, ces résultats ne signifient pas que la fatigue ne nous atteindra jamais à un moment ou à un autre. Cependant, si vous êtes épuisé à la fin de la course, rappelez-vous qu’il est peut-être possible de dépenser cette dernière once d’énergie si vous êtes prêt à travailler dur pour l’obtenir. Cela après tout pourrait faire toute la différence.

Sources

  1. Ross EZ, Middleton N, Shave R, George K &Nowicky A (2007). Corticomotor excitability contributes to neuromuscular fatigue following marathon running in man. ExpPhysiol92, 417–426
  2. Rasmussen P, Secher NH & Petersen NT (2007). Understanding central fatigue: where to go? ExpPhysiol92, 369-370.
  3. Jeukendrup AE & Chambers ES (2010). Oral carbohydrate sensing an exercise performance. CurrOpinClinNutrMetab Care Jul;13(4):447-51.

Leave a Reply

Réductions ÉNORMES sur tes FAVORIS + Cadeau Gratuit
Acheter >