Aucun adulte n’admettrait être surpris par la blague de l’enseignement préscolaire: «Qui pèse le plus, un kilo de plumes ou un kilo de plomb?» Mais la communauté médicale traditionnelle applique le même principe absurde chaque jour lorsqu’elle utilise l’indice de masse corporelle (IMC) pour déterminer si une personne est en surpoids. Parce qu’un kilo de plumes pèse le même poids qu’un kilo de plomb, un bodybuilder musclé de 90 kg pèsera le même poids que celui qui n’est pas aussi actif.

Et parce que l’IMC est basé sur le poids et la taille, si l’individu moyen et l’athlète ont la même taille, alors, par exemple, à 178 cm (5’10 « ), ils auront exactement le même IMC de 28, obligeant le médecin de famille à étiqueter les deux comme « en surpoids », ce qui est bien sûr absurde.

L’indice de masse corporelle a été calculé en 1832 par un statisticien belge, Adolphe Quetelet. Il a établi que, mis à part les poussées de croissance après la naissance et pendant la puberté, notre poids augmente proportionnellement au carré de notre taille. Donc, dans l’ensemble, l’IMC devrait être un bon indicateur du poids que chacun de nous devrait peser. Et pour la plupart d’entre nous, c’est probablement le cas.

Mais l’IMC est obsolète parce que le poids lui-même est obsolète. Nous parlons de personnes en surpoids quand nous entendons par là qu’elles sont «trop grasses». À peu près tout le monde qui cherche à perdre du poids cherche réellement à perdre de la graisse. Les seules personnes qui ont besoin de perdre du poids sont les athlètes qui concourent dans une catégorie de poids spécifique à leur sport, comme la boxe.

La crise de l’obésité au Royaume-Uni ne concerne pas les personnes trop lourdes, mais les personnes trop grasses. (Et voici une pensée qui donne à réfléchir – en 2015/16, plus d’un demi-million d’hospitalisations ont enregistré l’obésité comme facteur.)

Le poids n’est rien de plus que votre relation avec la gravité et vous ne pouvez pas changer la force qui maintient vos pieds sur le sol. Ce que vous pouvez changer, cependant, est votre composition corporelle – à quel point vous êtes gros et  votre masse musculaire.

Ce que la plupart d’entre nous recherchent, c’est une composition corporelle pauvre en graisses (bonne santé, esthétique et présentant un faible risque de maladies liées à l’obésité) et une quantité «optimale» de muscle (pour la force, la performance ou un sport favori).

Le problème de l’IMC est qu’il ignore les éléments individuels de la composition corporelle et, comme le poids, résume tout en un seul chiffre.

Ce n’est pas non plus très sensible à la culture. Vous pouvez imaginer que, en 1832, M. Quetelet n’avait pas la même population ethniquement diverse pour établir son hypothèse, de sorte que les seuils d’IMC ont été modifiés pour différentes ethnies. En 2014, une étude menée par l’Université de Glasgow sur un demi-million de Britanniques a révélé que l’incidence du diabète chez les Blancs ayant un IMC d’au moins 30 (le seuil défini comme «obèse») était la même pour les Sud-Asiatiques ayant un IMC aussi faible que 22 et pour les Chinois avec un IMC aussi bas que 24. Vingt-deux et 24 se situent tous deux à l’intérieur de la zone de «poids normal» de l’IMC anglo-saxon.

Donc, si nous voulons remplacer le poids et l’IMC, avec quoi?

Le candidat le plus évident est peut-être le pourcentage de graisse corporelle et, quel que soit le test de composition corporelle, c’est le chiffre unique que tout le monde veut connaître.

Mais c’est exactement ça le problème: c’est un numéro unique. Le pourcentage de graisse corporelle n’est qu’un chiffre qui tente de prendre en compte deux composantes: la graisse et le muscle.

Par exemple, Bruno, qui pèse 80 kg avec un pourcentage de masse adipeuse de 20%. Il est facile de calculer, il possède 16 kg de graisse.

Après six mois à la salle, Bruno a réduit sa graisse corporelle à 19%. Nous concluons immédiatement que Bruno a fait des progrès très lents en réduisant la graisse corporelle de moins d’un kilo en six mois.

La vérité est que Bruno a fait d’énormes progrès – il a pris 4 kg de muscle pur et pas un gramme de graisse.

Vous voyez? Bruno a réduit son pourcentage de graisse corporelle sans aucune réduction de graisse. C’est le problème avec les nombres simples – ils masquent les détails.

Une méthode bien meilleure pour évaluer la composition corporelle consiste à mesurer séparément la masse grasse et la masse maigre avec (M. Quetelet serait ravi) un indice de masse grasse (FMI) et un indice de masse maigre (LMI). Essentiellement, ces indices vous indiquent la quantité de graisse et de muscle que vous transportez par rapport à votre taille.

L’énorme avantage de FMI et de LMI est que chaque indice est complètement indépendant de l’autre. le muscle ne modifie pas votre indice de masse grasse et votre graisse ne influence pas votre indice de masse maigre. En conséquence, une modification de l’un ou l’autre indice est une garantie d’une modification de la graisse ou du muscle, respectivement. Ce n’est pas le cas avec le poids, l’IMC ou le pourcentage de graisse corporelle.

Pour mesurer et suivre votre FMI et votre LMI de manière fiable, vous aurez besoin d’une évaluation précise de la composition de votre corps. La méthode la plus fiable et la plus précise est l’analyse corporelle DEXA, jusque récemment réservée aux universités de sciences du sport et aux laboratoires de recherche. Maintenant, cependant, vous pouvez obtenir un scan corporel avec des sociétés spécialisées comme Bodyscan (www.bodyscanuk.com), qui possède deux centres à Londres.

tpwnutritionist

tpwnutritionist

Avec la création des meilleurs compléments en nutrition sportive, le Nutritionniste TPW™ possède un savoir énorme sur tout ce qui est nutrition sportive, des poudres aux comprimés, des shakes aux encas. Certains disent que c'est 'Mr je sais tout' et on adore ça !

Leave a Reply

Réductions ÉNORMES sur tes FAVORIS + Cadeau Gratuit
Acheter >