La carnitine est un acide aminé d’origine naturelle généralement ingéré dans la viande (et dans une moindre mesure, dans les produits laitiers), complété sous forme de comprimé / liquide / poudre ou synthétisé dans l’organisme par le biais de la lysine et de la méthionine. Ses fonctions biologiques peuvent en grande partie être exprimées à travers le terme «production d’énergie», mais ses fonctions en tant que complément sont exprimées de manière moins concise. La carnitine est un peu une centrale dans le jeu nutritionnel. Alors regardons ce que la recherche dit de la carnitine (sous ses différentes formes) en ce qui concerne la performance, la récupération et la composition corporelle.

Performance:

L’étude de Wall (2011) sur la supplémentation en l-carnitine [1] a montré une capacité à augmenter pratiquement tous les aspects de la performance, y compris une réduction significative du taux de R.P.E. (Taux d’effort perçu) et un bon N.O. boost en bonus. La forme GPC (plus difficile à obtenir) peut ajouter à la liste impressionnante d’effets ergogéniques celle d’augmentation de la puissance, mais la forme L suffira.

Plusieurs études (la plupart dirigées par Malaguarnera, le « roi de la carnitine ») ont examiné l’effet de la forme ALCAR (Acétyl L-Carnitine) sur les niveaux d’ammoniac dans le corps. En théorie, une réduction des métabolites existants d’acides aminés entraînerait une amélioration de l’endurance. C’est pourquoi il est brillant que les quatre études en cours [2-5] aient montré exactement cela. La supplémentation en carnitine devrait donc améliorer l’entraînement.

Récupération: 

La carnitine est peut-être la plus remarquable par l’ampleur de son impact. Ses avantages ne se limitent pas à la séance d’entraînement elle-même, mais s’étendent au-delà de la représentation finale jusqu’aux heures et jours suivants; De nombreuses études [6-8] ont observé une réduction significative de la douleur musculaire (autodéclarée) et des biomarqueurs de la lésion musculaire (par exemple, la créatine kinase) – une réduction qui surpasse le placebo en degré et en vitesse. La récupération verra une augmentation de la vitesse avec une bonne supplémentation en carnitine (dans ce cas, du LCLT, L-Carnitine L-Tartrate).

Composition corporelle:

Les rares études de qualité [14-15] portant sur cet effet de la carnitine ont été très positives, mais les participants étaient trop âgés (respectivement 60 ans et plus de 100 ans) pour rendre les résultats nécessairement généralisables à des populations plus larges. De manière spéculative, à titre expérimental, nous pouvons dire qu’ils sont – en particulier compte tenu de l’effet positif documenté sur la sensibilité à l’insuline (et le contrôle de la glycémie / glycémie) que nous connaissons de la carnitine [16-19]. La carnitine peut bien entraîner elle-même la perte de graisse et améliore au moins le profil hormonal de quelqu’un dans le but de se recomposer.

Point bonus: Fertilité

Une combinaison de formes de la carnitine [9-11] et même de la L-carnitine seule [12-13] s’est révélée être de puissants agents d’amélioration de la qualité du sperme et Alpha GPC de l’amélioration des érections. Donc, si vous «essayez» (prenez cela à votre guise), la carnitine peut également vous être utile.

Sources :

1. Wall et al (2011). Chronic oral ingestion of L-carnitine and carbohydrate increases muscle carnitine content and alters muscle fuel metabolism during exercise in humans. J Physiol. 2011 Feb 15;589(Pt 4):963-73.
2. Malaguarnera et al (2011). Acetyl-L-carnitine improves cognitive functions in severe hepatic encephalopathy: a randomized and controlled clinical trial. Metab Brain Dis. 2011 Dec;26(4):281-9.
3. Malaguarnera et al (2011). Oral acetyl-L-carnitine therapy reduces fatigue in overt hepatic encephalopathy: a randomized, double-blind, placebo-controlled study. Am J Clin Nutr. 2011 Apr;93(4):799-808.
4. Broad et al (2008). Carbohydrate, protein, and fat metabolism during exercise after oral carnitine supplementation in humans. Int J Sport Nutr Exerc Metab. 2008 Dec;18(6):567-84.
5. Malaguarnera et al (2008). Acetyl-L-carnitine treatment in minimal hepatic encephalopathy. Dig Dis Sci. 2008 Nov;53(11):3018-25.
6. Volek et al (2002). L-Carnitine L-tartrate supplementation favorably affects markers of recovery from exercise stress. Am J Physiol Endocrinol Metab. 2002 Feb;282(2):E474-82.
7. Kraemer et al (2003). The effects of L-carnitine L-tartrate supplementation on hormonal responses to resistance exercise and recovery. J Strength Cond Res. 2003 Aug;17(3):455-62.
8. Spiering et al (2008). Effects of L-carnitine L-tartrate supplementation on muscle oxygenation responses to resistance exercise. J Strength Cond Res. 2008 Jul;22(4):1130-5.
9. Balercia et al (2005). Placebo-controlled double-blind randomized trial on the use of L-carnitine, L-acetylcarnitine, or combined L-carnitine and L-acetylcarnitine in men with idiopathic asthenozoospermia. Fertil Steril. 2005 Sep;84(3):662-71.
10. Sigman et al (2006). Carnitine for the treatment of idiopathic asthenospermia: a randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Fertil Steril. 2006 May;85(5):1409-14.
11. Lenzi et al (2004). A placebo-controlled double-blind randomized trial of the use of combined l-carnitine and l-acetyl-carnitine treatment in men with asthenozoospermia. Fertil Steril. 2004 Jun;81(6):1578-84.
12. Lenzi et al (2003). Use of carnitine therapy in selected cases of male factor infertility: a double-blind crossover trial. Fertil Steril. 2003 Feb;79(2):292-300.
13. Moradi et al (2010). Safety and efficacy of clomiphene citrate and L-carnitine in idiopathic male infertility: a comparative study. Urol J. 2010 Summer;7(3):188-93.
14. Malaguarnera et al (2007). L-Carnitine treatment reduces severity of physical and mental fatigue and increases cognitive functions in centenarians: a randomized and controlled clinical trial. Am J Clin Nutr. 2007 Dec;86(6):1738-44.
15. Pistone et al (2003). Levocarnitine administration in elderly subjects with rapid muscle fatigue: effect on body composition, lipid profile and fatigue. Drugs Aging. 2003;20(10):761-7.
16. Malaguarnera et al (2010). L-carnitine supplementation to diet: a new tool in treatment of nonalcoholic steatohepatitis–a randomized and controlled clinical trial. Am J Gastroenterol. 2010 Jun;105(6):1338-45.
17. Ruggenenti et al (2009). Ameliorating hypertension and insulin resistance in subjects at increased cardiovascular risk: effects of acetyl-L-carnitine therapy. Hypertension. 2009 Sep;54(3):567-74.
18. Gonzalez-Ortiz et al (2008). Effect of oral L-carnitine administration on insulin sensitivity and lipid profile in type 2 diabetes mellitus patients. Ann Nutr Metab. 2008;52(4):335-8.
19. Molfino et al (2010).  Caloric restriction and L-carnitine administration improves insulin sensitivity in patients with impaired glucose metabolism. JPEN J Parenter Enteral Nutr. 2010 May-Jun;34(3):295-9.

Leave a Reply

Réductions ÉNORMES sur tes FAVORIS + Cadeau Gratuit
Acheter >