Cette question pourrait ne pas être aussi commune cependant, c’est toujours un sujet intéressant. Pour que nos muscles grandissent, notre corps a besoin d’énergie pour effectuer des séances d’entraînement intenses.

Afin de mener toute activité physique, notre corps a besoin d’énergie et lors de séances d’entraînement intenses, nos muscles ont besoin de cette énergie pour se contracter. Sans cela, les entraînements ne seront pas aussi efficaces et les progrès ne seront pas optimaux.

 

Comment les muscles libèrent de l’énergie

Commençons par l’adénosine triphosphate (ATP), la forme d’énergie chimique immédiatement utilisable pour tous les travaux humains. Il est stocké dans toutes les cellules en petites quantités et est utilisé rapidement pendant l’entraînement et les exercices.

Lorsque l’ATP est utilisé comme énergie, il perd une molécule de phosphate et devient de l’énergie libérant de l’adénosine di-phosphate (ADP). Pour continuer à faire l’alimentation, l’ADP doit ensuite être reconstitué en ATP avec un phosphate supplémentaire.

Il existe trois voies pour reconstruire l’ATP à partir de l’ADP, et celle utilisée dépend à la fois de l’intensité et de la durée de l’activité physique.

 

Première voie

La première voie consiste à décomposer la phosphocréatine afin d’obtenir du phosphate pour la production d’ATP, une forme de respiration anaérobie (sans oxgygène). Cependant, l’offre de phosphocréatine est également limitée (c’est pourquoi de nombreux athlètes ajoutent de la créatine dans l’espoir de maximiser les niveaux de phosphocréatine), limitant ainsi l’utilité du système ATP-phosphocréatine à des activités de très courte durée, telles qu’un sprint de 10 secondes ou un triple lourd sur le banc. presse.

 

Deuxième voie

Une deuxième voie utilise la respiration anaérobie et la glycolyse, première étape de la respiration, qui intervient après que la phosphocréatine ne puisse plus fournir l’énergie nécessaire. Ce processus se produit sous une forte intensité d’activité avec une fréquence cardiaque élevée. Il fonctionne en l’absence d’oxygène, lorsque les glucides (provenant du glycogène et du glucose sanguin) sont utilisés comme source de carburant et sont convertis en pyruvate produisant deux molécules d’ATP, via la glyocolyse.

La respiation anaérobie libère de l’énergie lorsque l’ATP est nécessaire à un taux tel que la respiration aérobie ne peut la fournir. En conséquence, il y a une accumulation d’acide lactique en excès dans vos cellules. La sensation de «brûlure» que vous ressentez dans vos cuisses lorsque vous sprintez sur une colline ou effectuez un grand nombre de squats est provoquée par une accumulation d’acide lactique.

 

Troisième voie

La troisième voie est le système aérobie (avec oxygène), qui prédomine dans les activités de faible intensité et de longue durée, telles que la marche et le jogging, lorsque l’oxygène est disponible. Le système aérobie est également le système énergétique le plus actif au repos, produisant le plus grand nombre de molécules d’ATP par rapport au système anaérobie.
Pendant ces activités, les poumons et la circulation sanguine peuvent fournir suffisamment d’oxygène aux cellules. Cela permet au glucose d’être complètement décomposé, par l’intermédiaire de la glycolyse, du cycle de Krebs puis sur la chaîne de transport d’électrons, produisant ainsi de l’ATP, évitant ainsi la up d’acide lactique.

Le rôle du glucose

Par conséquent, le glucose et le glucose stocké sous forme de glycogène sont la source d’énergie la plus rapidement accessible dans le corps et la plus importante source de contraction musculaire, mais que se passe-t-il si le corps manque de glucose?

Le système aérobie peut utiliser l’énergie libérée par les graisses lors d’exercices de faible intensité, en particulier lorsque l’on est en meilleure forme. Toutefois, à des niveaux d’activité élevés, les acides gras ne peuvent pas être utilisés assez rapidement pour fournir de l’énergie et la production d’ATP. Les triglycérides, les lipides, sont transportés par le sang vers les tissus appropriés, où de l’énergie est nécessaire, et se décomposent par lipolyse en glycérol et en acides gras. Les acides gras peuvent alors subir une bêta-oxydation dans vos mitochondries. Processus par lequel les acides gras sont décomposés et peuvent ensuite entrer dans le cycle de Krebs, permettant ainsi à la respiration de continuer et de libérer de l’énergie.

Lorsque les réserves de glucose et de graisse ne sont pas disponibles, les acides aminés peuvent fournir de l’énergie par la gluconéogenèse. Les protéases vont décomposer les protéines en acides aminés, puis une fois le groupe ammoniac toxique éliminé, le reste de l’acide aminé peut être réorganisé pour entrer en respiration aérobie à différents stades.

J’espère que vous avez maintenant une compréhension plus enracinée du rôle de l’ATP et de la libération d’énergie. Alors, rappelez-vous qu’il est essentiel de manger correctement, de dormir suffisamment et de récupérer pour vous assurer que votre niveau d’énergie est élevé et que vous alimentez vos séances d’entraînement.

 

Leave a Reply

Réductions ÉNORMES sur tes FAVORIS + Cadeau Gratuit
Acheter >