L’effet de la vitamine B12 sur les athlètes d’endurance

Œuvres séminales

Au cours du siècle dernier, la vitamine B12 (cobalamine) a fait l’objet de nombreuses avancées, notamment: son rôle dans le processus de guérison des patients souffrant d’anémie pernicieuse due à une augmentation du nombre de globules rouges (Minot & Murphy, 1926), comment de faibles niveaux de B12 peuvent avoir des effets néfastes sur la santé et que la vitamine cobalamine peut être isolée Molloy, 2012).

On pense que la vitamine B12 a d’abord été remarquée, mais pas encore identifiée, dans deux études uniques, l’une réalisée par Combes en 1823 et l’autre par Addison en 1858. Les auteurs ont découvert ici que les patients souffrant d’un type d’anémie qui provoquait la pourriture de l’estomac, cela était lié à des types de globules rouges particulièrement grands qui contenaient plus de noyaux, également appelés granulocytes. La cause de cette structure moléculaire anormale était ce qui créait des questions auxquelles il fallait répondre au cours des 25 prochaines années (Herbert, 1987). Des études ultérieures ont montré que ces cellules sanguines de taille anormale étaient le résultat d’une réduction de la vitesse de synthèse de l’ADN dans le corps (Herbert, 1965; Herbert & Das, 1976) qui, lorsqu’on a analysé la vitesse de réduction de l’ADN chez l’homme être causée par le manque de folate disponible ou par l’incapacité à utiliser le folate en raison des faibles taux de vitamine B12 (Herbert, 1965; Herbert, 1987; Herbert, 1987; Herbert, 1985).

Minot & Murphy (1926) ont été parmi les premiers auteurs à découvrir qu’un changement de régime alimentaire en augmentant l’apport en vitamines des personnes souffrant d’anémie pernicieuse peut avoir un effet bénéfique sur la santé et améliorer les symptômes. L’anémie pernicieuse est le faible nombre de globules rouges dû à un manque de vitamine B12 (National Heart, Lung, and Blood Institute, 2011). Une étude a réuni quarante-cinq participants souffrant d’anémie pernicieuse et leur a donné un régime alimentaire à suivre de 6 semaines à 2 ans, selon qu’ils ont choisi de continuer ou non. Le régime alimentaire était significativement plus riche en fer et en protéines avec une forte teneur en fruits et légumes. En utilisant ce régime, les participants ont constaté des améliorations de la santé, une réduction des symptômes et une nette amélioration du nombre de globules rouges. Par conséquent, la vitamine B12 est importante pour maintenir les taux de globules rouges, car il a été démontré que l’exercice intense réduisait le nombre de globules rouges (Reinhart, 1983). La vitamine B 12 a été isolée à la fin des années 1940 après la découverte de son lien avec l’anémie pernicieuse (Rickes et al., 1948; Smith, 1948).

La bactérie Lactobacillus lactis Dorner (LLD) a été découverte au milieu des années 1900 à partir d’extraits de foie (Shorb, 1947). Shorb (1948) a par la suite conclu que cette bactérie avait une grande influence sur les extraits de foie et était liée au taux élevé de production de vitamine B12 chez les patients atteints d’anémie pernicieuse traités avec des extraits de foie. Par conséquent, la vitamine B12 a affecté la croissance de la LLD, facteur positif et majeur pour les personnes souffrant d’anémie pernicieuse et leur guérison. West (1948) soutient cette idée après avoir supplémenté à 150 mg (ß) un participant souffrant de B12 cristalline isolée et avoir reçu une réponse étonnante en augmentant la croissance de différents types de cellules sanguines et d’hémoglobine. Une grande partie de la recherche menée sur la vitamine B12 semblait porter sur des revues entre 1990 et 2000, et «Okawa, M.» était un auteur fréquent dans de nombreuses études. Okawa a participé à de nombreuses études sur les effets de la vitamine B12 sur les troubles du sommeil et les habitudes de sommeil (Takahashi, 1999; Okawa, 1998; Okawa, 1997; Yamadera, 1996; Uchiyama, 1995; Mishima, 1995). 1992; Takahashi, 1992; Okawa, 1991; Okawa, 1990), mais en testant un groupe représentatif plus général de la population plutôt que les athlètes, ce que nous aimerions. Un autre nom fréquemment utilisé lors des recherches était «Herbert, V». Il est diplômé en chimie de l’université Columbia et a poursuivi ses études en médecine. Il a réussi à prouver que de faibles niveaux d’acide folique conduisaient à une anémie magaloblastique mais devenaient lui-même un sujet à tester (Oransky, 2003).

Développement historique

Des recherches antérieures ont montré qu’un sportif déficient en vitamines obtiendrait de moins bonnes performances et que ces faibles niveaux pourraient nuire à ses performances (Gravina, 2012). Il a été démontré que la carence en vitamine B12 entraînait une anémie et une capacité d’endurance réduite (Lukaski, 2004). Les athlètes devraient donc revoir leur régime alimentaire et leur apport énergétique quotidien, ou envisager l’ajout d’un supplément de vitamines à leur alimentation (Woolf, 2006). Les premiers auteurs à avoir étudié l’effet de la vitamine B12 sur les performances sportives ont été Montoye et al. (1955) et Montoye et al. (1954). Les deux études se sont concentrées sur les effets de la supplémentation en vitamine B12 sur les performances. Montoye et al. (1955) ont utilisé un groupe de garçons adolescents divisés en un groupe de vitamines, un groupe placebo et un groupe témoin, auxquels des suppléments ont été administrés 5 jours par semaine pendant 7 semaines. Les résultats ont montré qu’il n’y avait aucune amélioration de l’efficacité cardiovasculaire, mais une amélioration significative de la vitesse de sprint de 88 mètres. L’autre test réalisé par Montoye et al. (1954) testaient pour voir si la supplémentation en vitamine B12 pourrait augmenter la capacité de travail d’un athlète, mais l’accès à l’article était malheureusement limité. Plus tard en 1978, Tin-May-Than et al. (1978) ont mené une étude auprès de participants âgés de 18 à 21 ans recevant 1 mg de cyanocobalamine trois fois par semaine sur une période de six semaines afin de déterminer si une supplémentation en vitamine B12 pouvait affecter la capacité de performance, sans toutefois améliorer ni diminuer la performance.

Des études récentes ont porté sur l’utilisation d’un supplément de pré-entraînement pour améliorer les performances, notamment la vitamine B12. De plus, certaines études ont testé pour déterminer si un supplément nutritionnel général contenant du B-12 affectait la performance (Vaz, 2011; Spradley et al., 2012). Spradley et al. (2012) ont testé un supplément de pré-entraînement sur douze cyclistes (niveau base) sur une période de 3 semaines, et les participants ont été priés de ne pas utiliser de suppléments nutritionnels six semaines auparavant. Le supplément de pré-entraînement contenait 85 mg de vitamine B12 (méthylcobalain) et 14 mg de vitamine B6. Les résultats ont conclu que le supplément améliorait la concentration globale, ce qui améliorait les performances du temps de réaction et réduisait les sensations de fatigue, améliorant ainsi l’endurance musculaire. Cette étude montre que la vitamine B12 pourrait être un facteur contribuant à l’amélioration des performances, mais nous ne sommes pas encore sûr des effets quand elle est isolée.

Bonke & Nickel (1989) ont constaté qu’en ajoutant aux tireurs d’élite une quantité considérable de vitamines B, y compris de la vitamine B12, on obtenait une amélioration significative de la précision des tirs, donc des mouvements moteurs. Des recherches antérieures ont montré que la vitamine B12 améliorait le sentiment général positif chez les participants qui prenaient un supplément de vitamine B12 dans leur alimentation mais ne souffraient pas de faibles niveaux (Morwood, 1952; O’Brien, 1954; Wilkinson, 1968).

Les recherches ont montré qu’il existait un lien entre de faibles niveaux de vitamines B et une réduction de la fonction cognitive et des performances chez les personnes âgées (Wang et al., 2001; Seshadri et al., 2002; Dufouil, 2003; Ravaglia et al., 2005. Tucker et al., 2005; Kado et al., 2005). Tucker et al. (2005) ont recruté 321 hommes qui ont été testés sur quatre tests cognitifs uniques qui évaluaient la capacité du participant à transmettre des informations et à utiliser sa mémoire de travail. Les concentrations plasmatiques et les apports alimentaires des participants ont été évalués tout au long de l’étude. Un suivi de 3 ans a été réalisé et une association significative a été trouvée entre les vitamines B et la copie spatiale. Il a été conclu que le maintien des niveaux de vitamine B et de folate est important pour réduire le risque de déclin cognitif.

Consensus

Sur la base de nombreuses études antérieures, la vitamine B12 est essentielle à la production de globules rouges sains. Ne pas avoir assez de vitamine B12 entraîne une carence en vitamine B12 et potentiellement une anémie. L’anémie provoque la production de globules rouges plus importants que la normale. Décrit comme mégaloblastique, qui ne fournit pas l’oxygène aux cellules aussi efficacement, ce qui réduirait donc la capacité du sang à transporter l’oxygène, ce qui réduirait les performances aérobies. En outre, des études telles que Ellis et Nasser (1973) et Nasser et Wrighton (1970) ont montré que les personnes présentant des taux bas de b12 présenteraient des changements plus importants dans les taux de b12 que les individus présentant des niveaux modérés. Ces études ont montré des améliorations chez les participants qui se plaignaient de fatigue, de fatigue et de maux de tête. De plus, b12 contribue à la formation de la gaine de myéline, ce qui améliore la fonction cognitive en augmentant la vitesse de transmission d’un potentiel d’action dans un neurone et la propagation d’une impulsion nerveuse par conduction saltatoire (Viatcheslav Wlassoff, 2014).

 

Physiologie

En théorie, à mesure que le niveau de vitamine B12 augmente, la production de globules rouges sains augmente également (Tin May Than 1978) Les érythrocytes contiennent une protéine globulaire à base de fer appelée hémoglobine et, étant donné sa grande affinité pour l’oxygène, est essentielle au transport. d’O2 dans le sang sous forme d’oxyhémoglobine. Une Hb fortement saturée permet au sang de transporter de 65 à 70 fois plus d’oxygène que ce qui est normalement dissous dans le plasma. Chacun des quatre atomes de fer de la molécule d’hémoglobine peut se lier de manière lâche à une molécule d’oxygène, qui diffuse ensuite dans les cellules musculaires et se lie à la myoglobine lors d’un exercice d’aérobie. La carence en vitamine B12, ou anémie pernicieuse, inhibe le transport de l’oxygène. La capacité de transport de l’oxygène du corps ne varie que très peu avec une variation normale du taux d’hb. Cependant, une diminution significative de la teneur en fer des globules rouges, associée à des taux inférieurs de vitamine B12, réduit la capacité de transport de l’oxygène d’un individu et, en conséquence, réduit sa capacité à faire de l’exercice aérobique.

Notre étude est basée sur les participants âgés de 18 ans et plus. Il est valable en externe en termes de stratification de nos échantillons par âge, de large éventail d’âge et d’exclusion des anémiques. Cependant, cela présente certaines limites. Dans notre étude, il existe des altérations physiologiques linéaires avec l’âge. Par exemple, l’acide gastrique produit dans l’estomac libère du b12 des aliments que vous consommez; comme la viande, les œufs et les produits laitiers. Les adultes plus âgés, en particulier ceux âgés de 40 ans et plus, produisent moins d’acide gastrique. Le volume de la vitamine B12 dans leur corps va donc diminuer et indiquer un inconvénient en termes de production de globules rouges et de performances aérobies. Cependant, selon le consensus des recherches précédentes, les personnes ayant des taux de b12 plus bas présenteront une augmentation plus radicale de la vitamine b12 dès le début de la supplémentation, ce qui constituera une limitation.

En dépit des allégations du manuel d’antan selon lesquelles tout était connu, toutes les années au sujet de b12, une nouvelle étape importante a été franchie au cours des 25 années suivantes (Victor, Herbert 1986). Par conséquent, il y a beaucoup à découvrir concernant la vitamine B12.

Une autre limite est que les globules rouges nécessitent de l’acide folique, du fer et de la vitamine B12 pour la production de globules rouges, de sorte qu’une augmentation de la vitamine B12 peut être insuffisante pour améliorer les performances aérobies.

Controverse

Les recherches sur l’impact de la vitamine B12 sur les athlètes d’endurance révèlent une grande diversité d’incohérences. Malgré le fait qu’il s’agisse d’un concept viable sur le plan physiologique, de nombreuses recherches suggèrent que la vitamine B12 n’a que peu d’impact sur les performances sportives des athlètes d’endurance. Van Der Beek (2012) a étudié un certain nombre de vitamines, concluant qu’elles n’avaient pas d’impact bénéfique sur les coureurs d’endurance. Tin-May-Than et al. (1978) ont été les premiers auteurs à étudier l’effet direct de la vitamine B12 sur les coureurs d’endurance. À l’aide d’un milligramme de cyanocobalamine 3 fois par semaine, ils n’ont constaté aucune différence significative de la capacité de performance physique entre l’injection de cyanocobalamine et la groupe placebo.

Lukaski (2004) a suggéré que si une carence en vitamine B12 entraînait une anémie et une capacité réduite d’exercices d’endurance, il n’y avait pas d’avantages liés à l’endurance pour une personne ne souffrant d’aucune déficience grave pouvant compléter un supplément de vitamine B12. Selon Finglas (2000), cette opinion est fondée sur le fait que dépasser la quantité de vitamine requise par le corps, 2,4 µg par jour pour les adultes dans le cas de la vitamine B12 ne présente aucun avantage. Cela mine les recherches menées par Tin-May-Than (1978), qui utilisait 3 mg de vitamine B12 par semaine.

L’anémie, provoquée par une carence en vitamine B12, s’est avérée efficace pour affaiblir la fonction cognitive et nuire à la santé cardiovasculaire. Lukaski (2004) a suggéré que la vitamine B12 était utile aux personnes souffrant d’anémie mais non à la population en bonne santé.

Qu’est-ce qui n’a pas été répondu?

Malgré le grand nombre de recherches menées sur la vitamine B12, peu de choses ont été appliquées à une situation sportive, il en a été de même pour très peu d’études sur les effets de la vitamine B12 sur les athlètes d’endurance entraînés. Par conséquent, des recherches doivent être menées sur les effets de la vitamine B12 sur son impact sur les athlètes entraînés en endurance.

De plus, les études qui ont été menées ont utilisé une gamme de doses, sans consensus quant à la posologie optimale pour la supplémentation. La quantité quotidienne recommandée de vitamine B12 est de 2,4 mg par jour. Finglas (2000) suggère une supplémentation accrue en vitamines sans effet bénéfique. Dans l’étude menée par Tin-May-Than (1978), 3 mg par semaine ont été utilisés, aucun effet significatif n’a été constaté, c’est la dose la plus élevée utilisée pour examiner l’effet de la vitamine. B12 sur la fatigue, comme il n’ya pas d’effets secondaires liés à une supplémentation excessive en vitamine B12, il peut être intéressant d’augmenter la posologie pour éviter que les résultats ne résultent d’une posologie insuffisante.

La vaste majorité des recherches sur la vitamine B12 ont principalement porté sur les participants anémiques. Il a été démontré que la supplémentation en vitamine B12 avait un effet très positif sur les participants anémiques (), alors que moins de recherches ont été menées sur la population en bonne santé, il est impossible de faire une déclaration concluante. quant à l’effet de la vitamine B12 sur les athlètes d’endurance.

Cependant extrêmement nécessaire si vous suivez un régime végétalien. Alors jetez un œil à nos comprimés de vitamine B12 végétalienne.

 

Sources

Gravina, L., Ruiz, F., Diaz, E., Lekue, J. A., Badiola, A., Irazusta, J. et al.                (2012) Influence of nutrient intake on antioxidant capacity, muscle            damage and white blood cell count in female soccer players, Journal of     the International Society of Sports Nutrition, 9, 32.

Herbert, V. (1987) The 1986 Herman Award Lecture. Nutrition science as a        continually       unfolding story: the folate and vitamin B-12 paradigm, The   American Journal of Nutrition, 46, 387-402.

Herbert, V. (1965) Megaloblastic anemias: mechanisms and management. In:       Dowling HF, ed. Disease-a-month. Chicago: Yearbook Medical                  Publishers, 1-40.

Herbert, V. & Das, K. C. (1976) The role of vitamin B-12 and folic acid in              hemato- and other cell poiesis, Vitamins & Hormones, 34, 1-30.

Herbert, V. (1987) Recommended dietary intakes (RDI) of folate in humans,         The      American Journal of Clinical Nutrition, 45, 661-670.

Herbert, V. (1987) Recommended dietary intakes (RDI) of vitamin B-12 in             humans, The American Journal of Nutrition, 45, 671-678.

Herbert, V. (1985) Megaloblastic anemias, Laboratory Investigation, 52, 3-19.

Lukaski, H. C. (2004) Vitamin and Mineral Status: effects on physical                   performance, Nutrition, 20(7-8), 632-644. Morwood, J. M. B. (1952)                      Practitioner, 168, 67. O’Brien, J. R. (1954). Br. med. J. ii, 136.

Minot, G. R. & Murphy, W. P. (1926) Treatment of Pernicious Anaemia by a          special diet, Journal of the American Medical Association, 87, 470-476.

Mishima, K., Okawa, M. & Hishikawa, Y. (1992) Effect of methylcobalamin           (VB12) injection on sleep-wake rhythm in demented patients, The            Japanese Journal of Psychiatry & Neurology, 46(1), 227-228.

Montoye, H. J., Spata, P. J., Pinckney, V & Barron, L. (1955) Effects of vitamin    B12      supplementation on physical fitness and growth of young boys,            The Journal of Applied Physiology, 7(6), 589-592.

Montoye, H. J., Kuick, D., Robbins, P. & Rosenberger, W. (1954) Effect of            Vitamin B12 on Work Capacity, Physiol. einschl. Arbeitsphysiol., 16,          20-24.

National Heart, Lung, and Blood Institute (2011, April). What is Pernicious           Anaemia? Retrieved 28th January, 2015

Okawa, M., Uchiyama, M., Ozaki, S., Shibui, K. & Ichikawa, H. (1998)                   Circadian rhtyhm         sleep disorders in adolescents: clinical trials of                      combined treatments based on chronobiology, Psychiatry and Clinical       Neurosciences, 52(5), 483-490.

Okawa, M., Takahashi, K., Egashira, K., Furuta, H., Higashitani, Y. & Higuchi, T.    (1997) Vitamin B12 treatment for delayed sleep phase syndrome: a multi- center double-blind study, Psychiatry and Clinical Neurosciences, 51(5), 275-279.

Okawa, M., Mishima, K. & Hishikawa, Y. (1991) Vitamin B12 treatment for             sleep-wake rhythm disorders, The Japanese Journal of Psychiatry &          Neurology, 45(1), 165-166.

Okawa, M., Mishima, K., Nanami, T., Shimizu, T., Iijima, S., Hishikawa, Y. et al.      (1990) Vitamin B12 treatment for sleep-wake rhythm disorders, Sleep,           13(1), 15-23.

Oransky, I. (2003) Victor Herbert, The Lancet, 361(9354), 353.

Reinhart, W. H., Staubli, M. & Straub, W. (1983) Impaired red cell filterability           with     elimination of old red blood cells during 100-km race, The Journal         of Applied Physiology, 54, 827-830.

Rickes, E. L., Brink, N. G., Koniuszy, F. R., Wood, T. R., Folkers, K. (1948)             Crystalline B-12, Science, 107, 396-397.

Scott, J. M. & Molloy, A. M. (2012) The discovery of vitamin B12, Annals of           Nutrition and Metabolism, 61(3), 239-245.

Shorb, M. S., J, Biol. Chem, 169, 455 (1947)

Shorb, M. S., Science, 107, 397 (1948)

Smith, E. L. (1948) Purification of anti-pernicious anaemia factors from liver,         Nature, 161, 637-639.

Takahashi, K., Sugishita, M. & Hishikawa, Y. (1992) Sleep-wake rhythm               disorders and vitamin B12, Journal of Nutritional Science and                  Vitaminology, 126-129.

Takahashi, K., Okawa, M., Matsumoto, M., Mishima, K., Yamadera, H., Sasaki,      M. et al. 1999) Double-blind test on the efficacy of methylcobalamin on     sleep-wake rhythm disorders, Psychiatry and Clinical Neurosciences,      53(2), 211-213.

Uchiyama, M., Mayer, G., Okawa, M. & Meier-Ewert, K. (1995) Effects of              vitamin B12 on human circadian body temperature rhythm, Neuroscience          Letters,192(1), 1-4.

West, R. Science, 107, 398, (1948)

Wilkinson, J. F. (1968) Practitioner, 200, 841.

Woolf, K & Manore, M. M. (2006) B-vitamins and exercise: does exercise alter     requirements?, International Journal of Sport Nutrition and Exercise          Metabolism, 16(5), 453-484.

Yamadera, H., Takashi, K. & Okawa, M. (1996) A multi-center study of sleep-      wake rhythm disorders: therapeutic effects of vitamin B12, bright light   therapy, chronotherapy and hypnotics, Psychiatry and Clinical                   Neurosciences, 50(4), 203-209.

rossedgley

rossedgley

One of the founding members of The Protein Works - Ross's illustrious career started off with achieving a BSc in Sports Science & Management at Loughborough University From here he has gone on to achieve immense feats of strength & endurance. A best selling author through the Worlds Fittest Book all coalescing into a world record for the worlds longest staged swim by swimming around mainland Britain.

Leave a Reply

Réductions ÉNORMES sur tes FAVORIS + Cadeau Gratuit
Acheter >